• hélène duquesnay

Laser game

Ce n'est jamais la situation dans laquelle on se trouve qui fait que l'on se sent bien ou mal, mais notre RAPPORT personnel à cette situation. Face à n'importe quel événement, tel qu'il est, on peut toujours se demander si quelqu'un d'autre pourrait réagir différemment. Et la réponse est toujours oui. Ce n'est donc pas le contexte ou « l'extérieur » qui est responsable de notre bien-être, mais nous-mêmes. Et cela change tout, n'est-ce pas ?


Mon fils ainé a longtemps été très à l'aise à l'intérieur des « cadres » et des « règles » : plus les choses étaient carrées, précises et clairement définies, mieux il se sentait. Le second, c'était tout l'inverse ! Plus les limites étaient précises et clairement définies, plus il était indispensable de les dépasser, de quelque manière que ce soit !


Lorsqu'ils étaient plus jeunes, nous organisions leurs anniversaires entre potes dans un Laser Game de la région : tous les ans, c'est une douzaine de gamins échevelés et braillards qui se poursuivaient en riant à travers le sombre labyrinthe, avant que les parents ne les récupèrent, trempés de sueur, épuisés mais heureux, à la fin de la journée !


Etant donné le prix de cette activité, nous nous étions mis d'accord avec mes fils : il était spécifié sur les cartons d'invitations remis à chaque enfant de ne pas apporter de petit cadeau individuel, mais de venir avec une participation de 10 euros pour l'après-midi au Laser Game.

Chaque année, l'ainé distribuait ses invitations en insistant particulièrement : « Surtout pas de cadeau ! Juste une participation financière ! », et les enfants venaient avec la somme demandée et rien de plus.

Mais avec le second, ça ne se passait jamais ainsi, et pendant longtemps je n'ai pas compris pourquoi... La consigne était pourtant parfaitement identique, mais chaque année, ses copains débarquaient tous avec la somme demandée + un petit cadeau pour lui. J'avais beaucoup plaider ma cause auprès des parents, insister lourdement, rien n'y faisait ! Tous les ans, cela recommençait.

Plusieurs fois j'ai demandé à mon fils des explications sur le sujet, mais j'obtenais toujours des réponses assez évasives, du genre : « bah ça je ne sais pas ! Tu sais, maman, ce sont mes amis, s'ils veulent ab-so-lu-ment me faire un cadeau, je n'y peux rien... », et le mystère est resté entier pendant plusieurs années.


Ils ont grandi, les premières soirées entre amis ont remplacé les après-midis Laser Game, et un jour, dans un sourire espiègle, le plus jeune a fini par avouer : « Ah oui ! Au fait ! Je disais à tout le monde que c'était toi qui écrivais les invitations, mais que moi je n'étais pas trop d'accord, qu'ils n'étaient pas obligés de respecter et que s'ils avaient envie, ils pouvaient quand même m'offrir un cadeau ! ». Oh. Aussi simple que ça. L'ainé était horrifié : « Mais on ne peut pas faire ça, c'est dégueulasse pour moi ! J'ai toujours respecté la règle et au final j'ai été pénalisé !», le second lui a répondu : « Ce n'est dégueulasse pour personne ! Tu as fait un choix, moi j'en ai fait un autre, chacun assume son choix, et on a le droit de réfléchir à ce qu'il peut y avoir d'intéressant dans le choix de l'autre ! ». Nous avons éclaté de rire, et sommes restés bouche bée devant cette évidence !


Quelques années ont passé depuis. Ce qui est amusant, c'est qu'au fil du temps, les deux se sont inspirés de la façon de penser de l'autre : aujourd'hui, l'ainé s'appuie sur les cadres pour les dépasser, s'envoler et s'épanouir, et le plus jeune découvre que parfois, les limites apportent beaucoup de satisfaction...


Et vous ? Sur quelle situation extérieure avez-vous envie de changer de regard ? Le contexte, l'environnement, un boulot pénible, un enfant malade, un divorce, les fins de mois difficiles... Qu'êtes-vous prêt à remettre en question sur VOTRE façon de regarder les événements, pour avancer, changer certaines choses, et être heureux ? ?


La première chose que l'on apprend lorsqu'on fait du vélo, c'est de regarder dans la direction où l'on veut aller. Parce que si l'on regarde le fossé, alors on se dirige droit dedans.



Alors, quel premier pas ferez-vous, aujourd'hui, dès maintenant, dans la direction où vous voulez aller ? ?

2 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now